09/06/2018

FATIMA - Interview Juin 2018 (Stoner grunge doom)

FATIMA - Interview Juin 2018 (Stoner grunge doom)
FATIMA - Interview Juin 2018 (Stoner grunge doom)
FATIMA est un groupe de stoner/ doom/ grunge super cool qui propose une musique qui vibre, qui fuzze et transpire les années 90. Je les suis un peu depuis plusieurs enregistrements, et comme ils ont sorti récemment un nouveau disque c’était l’occasion de faire une interview...

Tu peux faire une petite présentation du groupe ? Vous jouez quel style, vous venez d'où ? Les musiciens ont joué dans d'autres groupes précédemment ?

Dans Fatima nous sommes trois. Maxime à la basse, JC à la batterie et Antoine à la guitare et chant. On est né à la fin des années 80, début 90 donc on commence à faire attention à ce qu'on mange maintenant, on fait attention à se coucher tôt et on porte de plus en plus des pulls sur les épaules, des shorts beiges et des polos Ralph Lauren en écoutant Tears For Fears les cheveux au vent. On vient tous de l’Essonne à la base et plus précisément de Morsang-sur-Orge, Savigny et Longjumeau. C'est d'ailleurs dans les anciens cachots du château de Morsang (où se trouve le tremplin de la ville) qu'on a commencé nos répètes, il y a trois ans, avec Fatima. Les dernières années, on était le seul groupe de "rock", au sens large, du tremplin. Sinon, c'était des rappeurs bourrés qui parlaient du sheitan et des putains de groupes de rasta blancs. Après plusieurs années de tristes concerts en banlieue, devant trois péquins qui se grattaient le nez, on s'est motivé pour aller voir ce qu'il se passait sur Paris. Et ça bougé plus c'est sûr ! On a découvert qu'il y avait des centaines de groupes comme nous et qu'ils étaient organisés en diverses assos pour pouvoir faire des grosses soirées live underground dans des bars ou des squats. Mon cul c'est du TOFU c'était les meilleurs. C'est grâce à Pascal (de mon cul) qu'on a pu commencer à jouer sur Paris et à enregistrer nos premiers morceaux correctement. Après on adore la banlieue, loin de nous l'idée de chier dessus. Paris tu peux tout y faire ou presque, et faut croire que c'est génial pour ça, et tu rencontres plein de monde que tu n'aurais probablement pas rencontré dans ton microcosme, plutôt confortant au demeurant, de banlieusard middle-class. Ça reste une termitière à la con où tout le monde court au taf, tout le monde est à cran et se gueule dessus pour un rien... Ce serait génial que des assos s'organisent aussi en banlieue parisienne pour faire jouer des groupes underground du coin et d'ailleurs. Il y a potentiellement des putains de lieux de concerts en banlieue. Une chiée de bars vides qui ne demandent que ça... Et c'est trop con. Il y a aussi autre chose : les banlieusards montent toujours sur Paris pour aller voir des concerts, ça, c'est sûr, mais les Parisiens se bougeraient-ils le cul en banlieue s'il y avait des putains de soirée metal/noise ? Et les banlieusards d'une banlieue à une autre ? Avec un site comme metakiwi qui répertorie tous les groupes et l'agenda des lives DIY en ile de France, on va dans le bon sens, c'est un super outil pour savoir où aller voir un concert le soir, et voir ce qu'il se passe sur paris et en périphérie...et c'est aussi à Pascal de "MON CUL" qu'on doit ce site !

Vous décrivez votre style comme du "doom", mais pour moi c'est un mot très connoté métal et musique des cavernes... Dans votre style on trouve aussi pas mal de stoner, du rock indie, du fuzz, du grunge... Donc je suis tenté d'inventer une nouvelle étiquette: Le GRUNGE DOOM! Ça vous va?

On nous dit souvent qu'on fait du grunge doom. Ça doit être ce qu'on fait quelque part. Par contre, on entend très rarement parler de notre côté moyen oriental. Pourtant on met des mélodies à la "prince of persia" un peu partout. Après  "Grunge" (qui veux dire crasse sous les ongles, je crois) ça n'a jamais été qu'un nom créé par la presse américaine d'époque pour décrire la scène de l'état de Washington au début de 90's. Au final Nirvana, Soundgarden, ou Alice in Chains ne font pas le même genre de musique et ils ont chacun leur truc. Et puis on n’a pas tant que ça de crasse sous les ongles. Après c'est vrai qu'on ne se lave pas plus d'une fois par semaine vu qu'on est des Français, mais ça fait juste de nous des Gaulois quoi, des bouffeurs de cuisses de grenouilles et d'escargots à l'ail, rien de spécifiquement "grunge". Jus Oborn d'Electric Wizard qui prend tout Nirvana en levrette c'est un peu ce qu'on à essayé  de faire sur le premier album quelque part. Avec Jaz coleman de Killing Joke qui matte dans un coin de la pièce, la main au froc. Parce qu'on aime beaucoup la new wave aussi, les Cure en tête, et les mélodies mélancoliques. On essaye de mélanger ça avec la lourdeur de grosses suites d'accords Doom.

FATIMA - Interview Juin 2018 (Stoner grunge doom)

Au fait, pourquoi avoir choisi le nom FATIMA?

On s'appelle Fatima en référence à la ville pieuse de Fatima au Portugal et aux apparitions de la vierge qui y ont eu lieu en 1917. Trois petits bergers, des gosses, auraient vu la vierge à FÁTIMA qui leur aurait révélé trois secrets. Le dernier serait l'annonce de la fin de l'Église ou quelque chose pour le 21e siècle, ou un truc comme ça. On est passé dans la ville pendant des vacances au Portugal aussi. En gros c'est un Disneyland catholique. Ça sent la cire fondue dans toute la ville. Il y a tellement de monde que les croyants ne se contentent pas d'allumer des cierges. Au lieu de ça, la ville a installé d'énormes fournaises qui tournent non-stop dans lesquels les gens balancent des cierges entiers, parfois par poignées. Certains cierges s'apparentent plus à des figurines de cire à l'effigie d'organes vitaux ou de nouveaux nés d'ailleurs. Il y a aussi un sol en marbre qui mène à l'église sur lequel des gens, parfois des personnes âgées font acte de pénitence en marchant à genoux jusqu'à l'église. En sous-sol de la place principale sont construites 3-4 chapelles qui ressemblent plus à des salles de réunion d'entreprises qu'à des églises, et toutes les heures il y a une messe. Une sorte de supermarché de la foi en somme. Ou de Disneyland christique. Et puis Fa-ti-ma c'est trois syllabes qui sonnent bien aussi...

Je ne vais pas poser la question des influences trop directement, toujours les mêmes questions ça endort un peu le lecteur... Alors, tu dirais que vous étés plus proches de SOUNDGARDEN, d'ALICE IN CHAINS ou de NIRVANA?

Les MELVINS.

Si tu pouvais voyager dans le temps, dans les années 90, tu préférerais assister à un concert des SMASHING PUMPKINS ou de PIXIES?

Plutôt un concert des BREEDERS que des PIXIES. Et si on pouvait voyager dans les 90's on adorerait assister à un concert de KILLING JOKE période Pandemonium et Democracy ou des Cure période Désintégration. Sinon voir les BABES IN TOYLAND au top ça devait être génial aussi.

FATIMA - Interview Juin 2018 (Stoner grunge doom)

Vous avez déjà sorti 3 enregistrements: une démo, un Ep et un album... Vous les avez tous sortis en format physique? Ils sont tous autoproduits? Vous étés satisfaits de la distribution?

Oui, tout est autoproduit. La première démo n'a pas été sortie physiquement, mais l'EP et l'album oui, au format CD. Mais vu que c'est à nos frais, ça reste des petites quantités (50 pour l'EP, 100 pour l'album). Vu qu'on n’a ni label ni distributeur, on ne les vend qu'à nos concerts donc en avoir plus ne servirait à rien dans l'état actuel. On aimerait bien trouver un label qui nous aide pour tout ça, mais aussi pour jouer dans de nouveaux lieux, faire des festivals, nous aider sur le financement des enregistrements, etc...

Tu comparerais comment votre dernier CD aux enregistrements précédents? Tu vois votre évolution musicale de quelle façon?

Pour la première démo, c'est majoritairement des prises enregistrées au château de Morsang et dans une cave sur un pc avec cubase cracké et un micro. On a bricolé tout ça pour avoir des sortes de pré-prods pour le premier album et pour avoir quelques morceaux à faire écouter sur bandcamp quand on démarchait pour trouver des dates auprès des bars ou assos. Ensuite que ce soit l'ep 2 titres ou l'album complet, on a tout enregistré aux "Établissements Montasson " à Drancy dans le 93. C'est le studio de Vincent Gregorio, que nous avait présenté Pascal de Mon cul c'est du TOFU et c'est avec lui que l'on a enregistré tous nos albums, depuis notre premier groupe, jusqu'au premier album de FATIMA. Vincent enregistre pléthore de groupes undergrounds parisiens (ou de province) depuis au moins 10 ans je dirais. Les albums des Louise mitchels, Bile Clinton, Usé, La Race, Jessica93, c'est lui par exemple. Il a une approche très vivante et live de l'enregistrement, pas de piste par piste. On enregistre le gros des morceaux en live (basse/guitare/batterie) puis on fait la seconde guitare et le chant en overdub, séparément. Du coup si tu joues mal et que ça flotouille ça s'entend. D'ailleurs ça s'entend parfois dans l'album. Mais le bon côté c'est que, ce que tu perds en clarté et précision dans le mix, tu le gagnes en énergie et en ambiance, c'est plus vivant comme ça. Ça nous oblige à être plus carrés aussi et ça, c'est toujours cool pour les lives. Et on aime bien qu'un groupe dont tu écoutes l'album chez toi ne sonne pas complètement différemment en live. En concert on sonne grosso modo comme sur le disque, avec les mêmes effets, on joue juste plus fort et on est plus énervés à cause de l'attente et de l'appréhension. Pour la suite, on va suivre la même démarche que pour le dernier album, d'abord sortir un EP deux titres puis une fois qu'on aura enregistré 8 autres morceaux ou plus, on sortira le deuxième album, avec les deux morceaux de L'EP intégrés dedans. Par contre, cette fois-ci on enregistrera tout sur bande, toujours avec Vincent bien sûr ! On n'a jamais fait ça encore et on a hâte d'essayer cette méthode. On glissera peut-être des parties acoustiques par-ci par-là dans le mix, et des percus. Certains des nouveaux morceaux s'y prêteraient bien. On peut déjà entendre un peu de guitares acoustiques dans le fond du mix à certains moments sur Sun Dog ou Moaner, si on tend  l'oreille.

FATIMA - Interview Juin 2018 (Stoner grunge doom)

Sur votre page Facebook, on voit peu de photos des musiciens... C'est, car vous êtes plutôt discrets, ou, car vos concerts sont tellement enfumés que personne n'a réussi à prendre de photo valable? L'image est-elle un point important pour vous?

Bah en fait le truc c'est qu'on est...très très laids... Pour certaines personnes c'est gagné direct, ils naissent avec des gueules d'anges. Regarde Eddie de Pretto par exemple. On n’est pas tous aussi gâtés malheureusement. Du coup quand on tourne, on prend plutôt des photos de flippers à l'effigie de John Cena et de la Wrestlemania. Sinon on s'emmerde !

Est-ce que FATIMA est comestible? Conseillerais-tu à nos lecteurs d'essayer de le manger? Quels sont les effets secondaires pendant la digestion? :) 

Oui Fatima est comestible, mais attention après digestion tu peux vite avoir la boule au froc ou une chiasse piquante...Ce qui nous arrive régulièrement lorsque qu'on mange  un double cheese bacon XXL extra jalapeño chez Burger Roi.

Vous venez de Paris, comment se porte la scène stoner/ doom dans ce coin? Paris est connu pour être assez "branché" niveau musique, et pas sûr que le "doom" soit vraiment à la mode... Vous vous sentez comment dans la scène rock parisienne?

Il y a effectivement une scène "les inrocks" branchée à paris, représentée exclusivement par des beaux gosses et belles gosses comme Nekfeu, Dadju, Christianne and the queen ou Vianney Bureau. Mais on ne sait pas où ça se passe, on ne les croise pas vu qu'on est moche. En tout cas ils ne jouent pas à Chateaurouge ça c'est sûr, sinon on les aurait croisés. Pour ce qui est du stoner doom ou sludge je ne pense pas qu'on puisse vraiment parler de scène. Ce qui est sûr, c'est qu'il y a énormément de groupes noise/stoner/punk/psych/cold wave/black/doom/ambient (et j'en passe ) sur Paris donc on peut effectivement parler d'une "scène underground" parisienne et de banlieue parisienne ça c'est certain. Âpres, si on retrouve souvent les mêmes  lieux de concerts (la comédia michelet, l'olympic café, l'omadis, l'espace B, le cirque électrique, etc...) et les mêmes assos qui organisent (Fauchage collectif, Mon cul c'est du Tofu, En veux tu en V'là) les groupes programmés ayants des styles variés, il arrive souvent qu'un groupe de math rock partage l'affiche avec un groupe de doom et un d'ambiant noise voir un groupe d'electro noise. Et c'est mieux comme ça, ce n’est déjà pas évident pour les assos de trouver des lieux et d'organiser des soirées sur Paris (le plus souvent à cause du voisinage qui se plaint du bruit). Alors autant se regrouper et ne pas se prendre la tête sur les frontières de styles. Ceci étant dit, il existe aussi des assos plus spécialisées dans le Stoner Doom/ Desert Rock/Psych comme Fuzzo Raptors et Below the sun. Ils programment souvent des groupes de France et du monde entier qui viennent se mélanger à ceux du coin.


Si FATIMA était un animal, lequel seriez-vous? (Je vois peut être un truc qui se glisse lentement sur le sol, peut être comme un serpent, mais moins dangereux... Ou un mélange de serpent et d'hippopotame, si c'est imaginable huhu)

Un chat tout juste castré qui passe sa journée à lécher son bandage, les yeux brillants.

Vous écoutez quoi de beau en ce moment? Quels disques reviennent le plus souvent dans vos écoutes?

Hormis le rock'n'roll on écoute beaucoup de world music 90's du genre Wes - "Alane", ou d'eurodance comme "Gala". Sinon en ce moment, le dernier Melvins "Pinkus abortion technician" est très cool aussi avec ses morceaux à moitié acoustiques et ses reprises bordéliques des Butthole Surfers.

Quels sont les futurs projets du groupe? Tu peux ajouter quelques choses pour les lecteurs qui sont allés jusqu'à la fin ?

On vient de finir notre première tournée. C’était trop de la balistique. On a eu la chance de jouer en Italie et au Raymond bar à Clermont qui est un lieu rare et génial (la miroiterie était ce qui s'en rapprochait le plus sur Paris, mais ils l'ont rasé et villaschweppes l'a racheté pour en faire un bar "chill" pour jeunes parents blancs qui aiment "chiller"). Et putain ça nous à fait du bien de sortir de Paris et de rencontrer des lieux aussi parfaits et des gens tout passionnés qui les font vivre  (on pense à Alexandra et FanFan du Raymond Bar, un grand merci !). Nos prochains projets seront de faire plus de concerts en France et en Europe, d'ailleurs notre tourneur italien Red Mist Booking (qu'on aime très fort) nous propose une tournée en Belgique pour l'automne ! En parallèle un nouvel album en enregistrement analogique à Drancy. Enfin, on garde l'espoir de trouver un label ! Et pourquoi pas un split FATIMA/VIANNEY BUREAU.
Un grand merci pour l'interview


Photos par Mariette Briand

FATIMA - Interview Juin 2018 (Stoner grunge doom)