13/12/2007

TANGERINE DREAM - "Cyclone" Lp. 1978.


Les différents albums de TANGERINE DREAM que j'ai pu écouter étaient très électroniques (aussi bien dans l'approche que dans les sons), plutôt ambiants et progressifs.
Mais sur cet album, on touche à quelque chose de plus profond, humain et concret.
La première partie du morceau débutant la face A ("Bent cold sidewalk") ressemble presque à un groupe de hard rock bien lourd (Ou le PINK FLOYD le plus heavy?), avec batteur, chanteur... A part qu'il n'y a pas de guitares, mais une sorte d'instruments à vent...
Dés les premières secondes, ce morceau prend aux trippes. Mélancolie intense, vocaux presque parlés amplis de désillusion face à une tragédie imminente nous rendant complètement impuissants... On s'en prend plein la tronche pendant plusieurs minutes, à coup d'instrus à vent trippants... Et c'est bien orchestré, bien construit... Puis le morceau évolue en une longue plage presque ambiante, progressant longuement à partir d'une boucle de synthétiseur... Puis il revient sur l'intensité du début! AAAHHH! Vous ne mouillerez pas votre cleenex qu'une fois! Dés la première écoute, ce morceau m'avait scotché, et son effet est quasi identique 12 ans après! Excellent!
Le deuxième morceau est plus dans le style habituel du groupe, avec les petites boucles de sons et nappes de synthétiseurs presque symphoniques. Quelques délires vocaux et sons éclectiques ajoutent une petite touche de variété et de folie, dans ce type de morceau qui manque un peu de changement de rythme pour moi. Pas mal, mais rien à voir avec le premier titre du Lp.
Le troisième morceau, qui dure quand même 20 minutes et 32 secondes,
amplis la face B. Il débute de façon ambiante, avec quelques sons rappelant presque l'industriel des débuts. Puis une boucle électronique arrive, et on est partis pour une dizaine de minutes d'évolution sur les vents et variations symphoniques.
Le morceau prend ensuite une tournure plus rock, grâce à un solo de guitare, puis il revient sur les instruments à vent, pour déboucher sur un passage aérien, presque planant. Suivent des passages calmes et plutôt tristes, au piano, à la flûte, au violon. Et c'est terminé. Ce morceau est pas mal, dans le style du groupe.
La force de "Cyclone" réside dans le 1er morceau qui troue le cul! Cet album n'est pas forcément essentiel, mais fortement conseillé à tous ceux aimant les musiques tristes, assez réalistes, et qui prennent aux tripes! Oh que oui!!

Aucun commentaire: