27/03/2011

MEGAPTERA - "The curse of the scarecrow" CD. 1998.

Quand on est habitué comme moi à écouter des autoproductions CDr de noise, expérimental et assimilés, et qu'on met un album de ce type dans le lecteur, on sent tout de suite la différence! C'est immédiatement plus amplis de conviction, de sentiment, de profondeur!L'impression que le sol va se déchirer, pour laisser sortir toute l’énergie négative contenue dans la planète vous prend et vous surprend pour vous laisser assez inquiet, même si c'est juste un disque...Au contraire de beaucoup de projets dark ambiant qui sont tellement diffus qu'on ne retient rien ou presque, hormis l'ambiance qu'on a pu ressentir, chez MEGAPTERA c'est différent. Premièrement car on est pas dans de la pure abstraction sombre, leur musique est plus ancrée dans une certaine réalité (Même fictive, car à la noirceur exacerbée) et est évocatrice en images presque cinématographiques. Ensuite d'un point de vue purement musical il y a plus de matière sonore: Samples de vocaux, monstrueux battements graves et sourds, synthétiseurs prenant la forme de chœurs très graves de fin du monde, claquements industriels, mais aussi parfois des samples plus "éléctro" rappelant la souffrance, ou des rythmes militaires plus tribaux... Enfin certains morceaux sont tellement puissants émotionnellement parlant, qu'on dépasse le cadre d'un genre et qu'on en arrive presque à l'émotion pure, comparable à la peur se cachant au fin fond de l'être humain... Dans ce genre de morceaux, on peut ressentir des choses assez ultimes comme la damnation irréversible, la menace mortelle d'une armée tellement puissante et gigantesque qu'on ne peut absolument rien faire: La décimation est programmée et aura bien lieu, inéluctablement.Pour accrocher à cet album en entier, il faut quand même être amateur des ambiances souterraines, noires et froides, du type gigantesques égouts toxiques saturés en carbone, ou bat le cœur d'une vorace machinerie souterraine à l’existence inavouable, ou des bras mécaniques vous percutent le crâne avec insistance pour à la fois vous hypnotiser et vous enfoncer dedans. Il faudrait également accepter que le disque vous emporte dans des contrées parfois presque adoratrices de la mort et ou votre corps aurait même un peu l'impression d'être convoité par la grande faucheuse...Je dirais quand même qu'au niveau émotionnel, certains titres sont plus forts que d'autres. Dommage que quelques-uns uns soient un peu trop dépouillés, car avec juste quelques samples supplémentaire, l'impact aurait été multiplié. Disons que dans les meilleurs moments MEGAPTERA nous offre du dark ambiant à tendance militaire et industriel puissant, sans merci, et que dans les moins bons ils font un death industriel proche de BRIGHTER DEATH NOW pas mal sans être transcendantIl y a donc quelques longueurs, et ce n'est pas le genre de choses que j'écouterais souvent... Mais quand je le mets sur la platine et que "les astres sont alignés", c'est excellent! Terrible! Un groupe fortement conseillé aux amateurs de dark ambiant avec des burnes!

Aucun commentaire: