06/03/2010

FRONT LINE ASSEMBLY - "The initial command" CD. 1987










"The initial command" est le premier album de FRONT LINE ASSEMBLY, sorti après deux démos cassettes, à une époque ou pratiquer ce genre de musique nécessitait un certain côté visionnaire et une sacré dose de motivation: Les moyens techniques étaient beaucoup moins développés qu'à l'heure actuelle, il fallait se munir de synthétiseurs et différents types de périphériques onéreux et pas encore les plus efficaces (Sampleurs, séquenceurs, voir racks d'effets) pour espérer approcher un dixième de ce qu'on a en tête... Et ça se sent au niveau du contenu du disque: La musique est beaucoup plus simple et moins multitâche que ces canadiens produiront quelques années plus tard, les rythmes sont souvent plus linéaires et binaires, les synthés faisant office de basse ou de mélodie rythmique sont assez réduits au minimum, les claviers plus trance font un peu léger...
Mais malgré tout, l'utilisation relativement fournie de samples et de vocaux crée une petite atmosphère, rend l'ensemble assez varié, ou vivant, et permet d'écouter l'ensemble après une petite période d'émulation spatio-temporelle. Puis on ressent clairement sur plusieurs titres la voie, le style qu'ils développeront plus amplement par la suite: Un dark electro rythmé, à consonance industrielle, avec samples assez fournis et nappes de claviers.
Certains moments sont très proches du FRONT 242 de l'époque, mais en un peu plus teinté "indus/ dark", d'autres feraient plus penser à du vieux KRAFTWERK agrémenté de samples, de claviers trance et de vocaux goth/dark.
Les principaux problèmes venant à l'oreille en 2010 sont la qualité des sons (Certains instruments de basses ou de synthés font vieux et plats) et la rythmique (Qui aurait pu être plus variée, changeante).

Voyons un peu dans le détail:
-Les morceaux les plus intéressants: "The state" (Electro dark proche de ce qu'ils feront par la suite... Ce n'est peut être pas la première piste par hasard), "No control" (Electro relativement rythmée et dark. Malgré le rythme trop simple, les samples et le chant saturé le rendent relativement vivant, et sur la fin ça monte un peu grâce à l'arrivée de nappes).
-Ceux qui passent: "Casualties" (Titre dark electro mid tempo correct, mais un peu long), "Ausgang zum himmel" (Une piste dark ambiant avec samples qui est correcte, mais il y a eu tellement plus effrayant depuis), "Nine times" (Dark electro avec synthétiseurs un peu dream proche des jeux vidéos, avec vocaux remplis d'écho), "Slaughter house" (Electro avec samples et touches de clavier trance/ dream. Ca va, mais un peu répétitif)
-Celui qui passe moins: "Black march" (Sorte d'EBM à la DIE KRUPPS (Débuts) avec touches dark. Binaire, assez vide mais sauvé par des samples)
-Celui à zapper: "Insanity lurks yearby" (Son de basse qui ne passe pas, et impression de rythme pas calé... Malheureusement ce titre est en deuxième position)
Cet album n'est donc clairement pas exceptionnel, l'écouter à l'heure actuelle fait assez office de démarche archéologique ou nostalgique, mais il contient néanmoins quelques morceaux et passages intéressants. C'est donc le manifeste des tous débuts d'un groupe qui ira beaucoup plus loin et démontrera des capacités et un talent indéniables.

Aucun commentaire: