28/12/2007

CONTROLLED BLEEDING - Songs from the drain CD. 1994.


Certains groupes avaient déjà trouvé le truc pour éviter les affres du modérateur fantôme, pas besoin d'un GPS rotatif anti modo, même si Internet n'était pas couramment utilisé certains se sont dit que la meilleure chose pour brouiller les pistes serait de changer souvent de style, et donc de se laisser aller à ses envies personnelles profondes sans bosser dur pour rester ancré dans un cadre... CONTROLLED BLEEDING ont donc touché un peu à tout ce qui est obscur et expérimental, aussi bien du harsh noise, que de l'EBM, du gothique ou du dark ambiant... Et dans le cas présent, il est en partie question de ce dernier style.
Le CD contient des sessions de différentes périodes. Commençons par le meilleur, soit les premiers titres qui datent de 1993:
La piste d’entrée nous baigne dans une sorte de reggae (Pour la basse) meets cold wave (Pour le synthé) avec des samples hétéroclites, c'est un peu répétitif mais les sons aident à faire passer, et ça fait une petite introduction sympa à ce qui suivra.
La deuxième plonge tout de suite plus dans les profondeurs terrestres et nous invite à visiter quelques grottes humides, le cœur de la planète est d'accord pour nous livrer quelques secrets mystérieux accompagnés de ronronnements sourds de l'inframonde. Un bon titre qui dégage une ambiance cool.
Le 3ème titre plus dynamique tourne autour d'une boucle energisée évoquant le cœur d'une machine électronique en pleine chamade, les sons liquides, les samples divers ainsi que les nappes de synthé font un peu monter la sauce. Vers la moitié un rythme binaire apparaît et on se croirait presque dans un morceau de TANGERINE DREAM. Un autre bon titre qui est assez prenant.
Ensuite, le reste des morceaux qui a été globalement enregistré entre 1985 et 1987 est généralement moins bon (Peut-être une question d'époque, comme certains trucs on vieilli):
Le 4ème se veut plus atmosphérique, à base de nappes de synthétiseurs et d'un chant plus ou moins abstrait. Ca fait un peu VANGELIS sans le côté mélodies accrocheuses. Correct mais sans plus, quoique ça passe bien après les 2 morceaux précédents.
La 5ème piste est expérimentale, à base de sons métalliques et de grincements, elle crée un type d'ambiance cérébrale souvent vu depuis. Néanmoins le choix de certains sons est pas mal, c'est assez vivant et ça reste agréable à écouter une fois plongé dedans (Au casque avant de dormir).
Le 6ème titre tente de nous faire partir dans des ambiances aquatiques, à l'aide de sons qui passent dans des tubes d’échos... C'est calme, presque relaxant, mais on est dans le moins bon depuis quelques titres et la façon de faire a un peu vieilli, sans parler du fait que le morceau fait 10 minutes et que l'auditeur aimerait que ça avance un peu plus vite... Donc on zappe.
Le 7ème morceau du CD, cinq fois plus court que le précédent, part d'une idée de mélodie de synthé se voulant relativement tragique... Malheureusement c'est un dépouillé et pour les oreilles d'un auditeur de 2007 ça sonne comme une démo ou pré-prod enregistrée sur le vieux poste de la cave, histoire de ne pas oublier une idée qui nous semblait sympa…
Le morceau suivant casse le rythme et part dans du rock gothique, quelque part entre les CURE et JOY DIVISION, avec un côté SISTERS OF MERCY... Il y a quelques idées cools. Le chant est un peu particulier. Ca se tient et ça relance un peu le rythme qui ne demandait que ça.
Puis la qualité des premiers titres revient, tout comme le dark ambiant, mais de façon plus lourde, plus menaçante, presque indus, avec des sons graves plus déglingués... La grange chancelante va s'écrouler sur toi si tu ne fais rien pour déjouer le maléfice de l'épouvantail hanté, il est presque trop tard! Ecoutes les voix menaçantes des entrailles ou gisent des milliers de générations de poulets, écoutes les rythmes martiaux binaires proches des débuts de LAIBACH... Tu es cuits, coincé dans les entrailles de ce morceau cool! :-)
Pour la suite, petite arpège de guitare et sons ambiants se mutants en rock gothique moyen avec solo de guitare assez bruitiste et expérimental (Lui aussi) qui donne un rendu entre le pas trop mal et le dispensable... Disons que ça nous remet de nos peurs vécues dans la grange hantée!
On arrive au 11ème titre, qui flirte avec le rock instrumental, en touchant un peu le côté amusant de GONG, avec un petit côté technique me rappelant ANGE et un petit quelque chose de.... WISHBONE ASH!? Non, en fait le thème du morceau est un peu trop mystique, donc disons que c'est un titre technico-mystique à vocation progressive non dénuée d'une touche de fun. Un titre cool, qui fait assez 70's... Mais il manque juste un quelque chose, peut-être des vocaux ou un sample délirant?
Mais l'épouvantail n'a pas dit son dernier mot! Même si sa chère grange s'est complètement effondrée, il lui reste quelques écrous dans les poches et il n'hésitera pas à les ressortir de façon menaçante... Entends-le se relever, lentement, douloureusement, de sous tous ces décombres (Hantés! Houuu houuu). Ca résonne, le métal claque contre les parois du souterrain qui n'en demandait pas tant... Et on se retrouve en plein milieu d'un morceau indus expérimental a connotation dark ambiant. C'est assez dépouillé, un peu trop pour moi, mais l'ensemble contient des parties qui fonctionnent et ça sonne un peu comme du MEGAPTERA. Pas mal, mais un peu usé à l'heure actuelle.
Puis, pour terminer le tout, on nous offre trois morceaux live de rock garage, noisy et expérimental. C'est pas mal foutu, très typé 70s, avec des sons amusants, des solos de guitare s'étalant en longueur, un synthé aussi proche de l'orgue Hammond que du Bontempi. C'est pas non plus l'eldorado, mais ça transpire comme il faut et j'ai entendu pire comme bonus tracks...
Comme tu as pu le voir, si tu en es arrivé au bout de cette chronique, cet album c'est le fourre tout et il demande souvent une capacité d'adaptation au moment du passage à la prochaine piste... Il faut aimer les compiles contenant beaucoup de groupes différents ;-)
Disons que ce n'est pas le meilleur album de CONTROLLED BLEEDING: Certains titres auraient pu faire bon effet au moment de leur sortie, mais ils ont vieilli et l’efficacité des bons morceaux est assez diluée dans ce fourre tout multi-goûts; Un album un peu plus centré sur des styles s'écoutants de la même façon aurait aidé à rendre l’ensemble appréciable plus facilement. Je trouve quand même ce disque plutôt pas mal, il y a des bonnes idées et des bonnes ambiances, sa présence dans ma collection ne me dérange pas, mais le "Mais" reste présent et je ne pense pas user la rondelle...
Decembre 2007

Aucun commentaire: